En France, la mobilité électrique connait depuis quelques temps une montée en puissance. De nombreuses évolutions technologiques combinées à une volonté politique de promouvoir ce mode de transport ont enclenché un développement de toute la filière.

Les chiffres sont éloquents, la mobilité électrique connait actuellement une très forte croissance. En effet, selon les chiffres que nous avons pu nous procurer, en l’espace d’une année (2015 à 2016), le nombre de véhicules a augmenté de 27% (de 69 000 à 88 000) et le nombre de bornes est désormais de 105 000 unités, soit une hausse de 75 % par rapport à la période précédente.

Ce sont maintenant presque tous les industriels de l’automobile qui sont concernés par la recherche et le développement dans ce domaine, prouvant bien que l’avenir de la filière se trouve dans l’électrique.

Cette augmentation découle d’innovations technologiques avec l’amélioration continue des batteries et d’un contexte politique favorable perceptible par les nombreuses aides et initiatives de l’Etat pour promouvoir la mobilité propre partout sur le territoire.

La facilité d’usage comme clef du succès du véhicule électrique

Les industriels du secteur ont bien compris que le principal obstacle à la mobilité électrique était la question de la facilité d’usage. Effectivement, les automobilistes cherchent avant tout un moyen de locomotion qui peut effectuer des trajets courts ou moyens. Grâce aux nouvelles batteries, des véhicules ont plus de 300 km d’autonomie. Par ailleurs, le temps de charge complète a été considérablement réduit, passant de 8 à 4 heures pour les dernières batteries, ce qui rend la voiture électrique beaucoup plus attrayant. (Plus d’informations sur cet article dédié aux véhicules électriques)

Des solutions adaptées aux professionnels

La mobilité électrique est souvent perçue comme une solution essentiellement destinée aux particuliers. Cette vision est aujourd’hui remise en cause, les constructeurs de voitures ont réussi le tour de force de convaincre les professionnels de s’équiper avec leurs solutions. En effet, cette mobilité est maintenant perçue comme fiable et rentable pour les compagnies, l’achat d’une voiture n’est plus seulement vu comme un geste écologique mais aussi comme un investissement économique. A titre d’exemple, une entreprise comme ENEDIS compte plus de 1 500 véhicules électriques, ce qui représente près d’un dixième de sa flotte.

Les impacts sur véhicule électrique sur les autres secteurs

Le développement du véhicule électrique et le besoin en énergie croissant qui en découle représente un défi les réseaux électriques et les bâtiments. Lors d’une charge d’une voiture électrique, les réseaux électriques sont mobilisés de façon très intense pour une durée relativement courte. En effet, lors d’une charge rapide (une demi-heure) l’appel de puissance électrique est plus ou moins équivalent à celui d’une dizaine de logements, ce qui pose la question cruciale de la stabilité du réseau. Les gestionnaires doivent d’ores et déjà faire attention à ne pas surcharger le réseau en favorisant les charges lentes durant les heures creuses.

Par ailleurs, les acteurs du bâtiment doivent s’adapter au nombre croissant de véhicules électriques en proposant des solutions adaptées pour effectuer des recharges, à la fois dans les zones urbaines et dans les zones périphériques.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.